"A toi mon Roger ces petits souvenirs."

Voici la dernière photo que j’ai de Roger, c’était le jour de son anniversaire. J’adore cette photo. Il était heureux d’avoir tous ses amis et sa famille avec lui ce jour-là. Alain Delon était venu et cela l’avait beaucoup touché.

Hier à la synagogue Alexandre Arcady son ami de toujours nous a raconté une partie de son parcours et il a dit exactement ce que je pense et ce que j’aurais dit aussi. Il faut se souvenir de Roger souriant, qui voulait sans cesse nous faire rire et qui avait ce pouvoir de nous raconter des histoires qui duraient une demie heure …  voir plus… debout au milieu du restaurant.

Je ne veux parler aujourd’hui que de l’homme que j’ai connu et qui aimait tant la vie.

Roger était toujours - toujours !! - en train de plaisanter, de faire des blagues, de raconter des histoires !

Il savait depuis longtemps que sa stature en imposait et il impressionnait beaucoup lorsqu’on ne le connaissait pas. Moi-même, la première car je l’ai connu très jeune à mes débuts je devais avoir 22 ou 23 ans. Et j’étais très impressionnée, tout le monde le craignait.

Lorsqu’on rentrait dans son cercle de proches on s’apercevait très vite de sa gentillesse et surtout de sa générosité. C’était un nounours, en fait, une bonne personne.

Comme je l’ai déjà dit, je lui dois à lui et à lui seul de m’avoir - par deux fois - tendu la main dans des moments difficiles et de m’avoir offert du travail.

Quelle fierté pour une petite comédienne débutante de rencontrer Charlotte Rampling, Lino Ventura, Michel Piccoli, Niels Arestrup… je n’en menais pas large, j’étais « au taquet » comme on dit… l’envie de lui prouver qu’il avait eu raison de me faire confiance, l’envie qu’il soit fier de moi car lui aussi avait le trac sur « La Rumba ». Un film très important pour lui dont il était aussi réalisateur et scénariste.

Roger m’a toujours suivie, encouragée, il me donnait des conseils et particulièrement ces dernières années ou malheureusement il a été oblige de reste chez lui à cause de ce maudit col du fémur cassé qui l’a immobilisé et rendu sédentaire lui qui adorait sortir, se promener, être libre de rencontrer ses amis autour d’un chocolat. Ça, c’est injuste ! Et je suis sûre que si cela n’était pas arrivé, il serait toujours parmi nous !!

La dernière fois que je suis allée déjeuner avec lui cet hiver, il n’avait fait que raconter ses souvenirs, plaisanter, il se souvenait de tout, les dates, les anecdotes et de temps en temps partait dans ses souvenirs comme toutes les personnes âgées… mais il aimait tant parler de tout ce qu’il avait fait, ses voyages, Alger et Christine sa femme, cette grande productrice de cinéma et de télévision à qui je dois beaucoup également et qui partageait sa vie depuis si longtemps.

Mais, aujourd’hui,  je veux me souvenir de cette homme-là à qui personne ne pouvait rien refuser sur un plateau tant il avait de charisme.

Du gourmand à qui j’amenais des chocolats et des pâtes d’amande et qui ne savait pas dire non à une sucrerie :-)

La vie de Roger est une aventure extraordinaire, lisez ses livres, ils sont plein de poésie et de souvenirs, de drôlerie et de réflexion aussi sur la vie.

A toi mon Roger ces petits souvenirs.

Embrasse Alger pour moi.

Merci pour tout.

Merci.

Corinne.

Le 13/02/2015