Voyage en ascenceur - spectatif

Publié par le blog SPECTATIF

 

Qui n’a pas pensé un jour à ce qui pourrait se passer, enfermé·e dans un ascenseur, livré·e à ses peurs et à ses doutes, à sa résistance contre l’inconnu ?

 

Nous sommes plusieurs sans doute à nous demander ce que nous ferions alors dans une situation pareille ! Et bien Sophie Forte en a fait un pièce !

 

Une pièce de théâtre dans laquelle deux personnes passent le week-end de l’Ascension, enfermées dans un ascenseur. Une pièce ficelée façon comédie mais pas que… Drôle et révélatrice de ce qu’un huis clos pourrait déclencher en nous. Une sorte de miroir de nous-mêmes, de nos vérités intimes, de nos valeurs et de nos peurs.

 

Nos deux prisonniers à ce jeu involontaire d’« action et vérité » sont Juliette, une bourgeoise blanche, épouse du chef d’entreprise et Moctawamba, ouvrier noir, agent d’entretien dans cette même entreprise. Ils vont tous les deux devoir cohabiter pendant ces quatre jours interminables et sans doute inoubliables.

 

Après avoir recherché vainement les solutions pour se sortir de ce vase-clos, il ne leur reste plus qu’à subir l’attente. Juliette craque vite, Moctawamba tient bon la patience. Ils se parlent pour éviter le silence et finissent par se découvrir peu à peu. Ils se confrontent aux stéréotypes moraux, aux poncifs culturels et sociaux, aux lieux-communs sur l’interculturalité, le racisme et l’éducation.

 

Se parler devient peu à peu délivrance. La tolérance de l’autre et de sa différence prennent forme jusqu’à conduire Juliette à revoir ses propres points de vue sur les relations humaines, le pouvoir, la croyance, son statut social et familial de femme au foyer, de mère de famille et d’épouse du patron.

 

Sophie Forte signe un récit fort et plaisant à la fois. Elle décrit avec un humour sans concession cette expérience comme une rencontre avec l’autre et avec soi-même. Un jeu fin et risqué sur les stéréotypes et les habitus.

 

La mise en scène d’Anne Bourgeois se révèle vive et légère. Un gros travail de précision des jeux d’acteurs se devine par la qualité obtenue.

 

Corinne Touzet est magistrale en femme perdue, éperdue et renaissante, impressionnante de force comique et d’émotions. Modeste Dela Nzapassara est magnifique en sage rieur avec l’impassibilité du bon sens et la tendresse de la solidarité. Ils jouent tous les deux avec fougue, vérité et profondeur, nous faisant aimer leurs personnages.

 

Un fichu bon moment où le sourire et le rire accompagnent l’écoute de ce voyage particulier, intelligent et salvateur. Un temps de théâtre tout à fait recommandable.

 

 

De Sophie Forte. Mise en scène d’Anne Bourgeois assistée de Betty Lemoine. Décors de Jean-Michel Adam. Lumières de Denis Schlepp. Costumes : Virginie H. Création Musique de François Peyrony. Création vidéo de Stéphane Cottin.

 

Avec Modeste Dela Nzapassara et Corinne Touzet.

 

 

Festival Avignon Off 2017

 

Du 6 au 30 juillet à 17h05 (relâche les 19 et 26) – 80 rue Guillaume Puy – 04.90.82.04.02 – www.atelier-theatre-actuel.com

Un Nouveau Départ - Vaucluse Matin

VAUCLUSE MATIN

Un nouveau départ, c'est celui d'une femme dont les certitudes vont être bouleversées par la présence d'un SDF à son repas de Noël. Une fable, une satire sociale, un conte de Noël, également, qui met en scène un trio d'acteurs, où excelle la jeune Adèle Bernier, qui hisse son jeu au niveau de celui de deux monstres sacrés du théâtre, Corinne Touzet et Christian Vadim. Il en ressort un message d'espoir et d'optimisme pour tous, ceux de la rue et les autres, plus nantis. Un travail très bien ciselé, que ce soit pour les décors, la mise en scène et le naturel du jeu des comédiens qui fait que le public adhère totalement à cette histoire. Une rencontre peut en fait bouleverser tellement de choses acquises, alors allez vite à la rencontre de ce très joli moment de tendresse et d'amour.

Bande Annonce "Voyage en Ascenseur"

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis le 1er juillet, vous pouvez réserver en ligne ainsi que par téléphone aux numéros suivants :

04 90 82 04 02

07 88 04 65 42

Certains auront la chance de pouvoir se rendre en Avignon pour voir Corinne dans sa nouvelle pièce de théâtre.

Pour les autres, nous pourrons bénéficier cet été de multiples rediffusions TV sur les chaines Françaises et Suisses.

Passez un bel été

Emilie le 05/07/2017

 

Voyage en Ascenseur BA par Atelier_Theatre_Actuel

 

    

 

TATOUVU Nouveau Départ 2016

Tatouvu n° 78

Rubrique : Dossier

Signature : Jeanne Hoffstetter

Un nouveau départ,au théâtre des variétés

 

Lorsque Catherine, pour provoquer sa fille qui la traite d’égoïste, invite le soir de Noël le clochard qui a pris l’habitude de camper sur leur paillasson et qu’elle méprise, elle ne se doute pas de ce qui l’attend. La première comédie d’Antoine Rault est mise en scène par Christophe Lidon.

 

Corinne Touzet est Catherine,

«  Je suis très fière que ce grand et beau théâtre nous ouvre ses portes si rapidement après le succès que nous avons rencontré à Avignon cet été. Pour moi Antoine Rault a écrit une comédie sociétale intelligente et moderne. Je veux dire que l’on rit de bon cœur, mais qu’on reparte en se posant des questions, en se disant que cette histoire peut se trouver au pied de notre immeuble. Nous connaissons tous des femmes comme Catherine que leur mari a quitté, qui dirigent tout, qui ont réponse à tout, qui réussissent leur vie professionnelle à défaut de leur vie sentimentale, mais qui derrière cette façade cachent leur fragilité. Cette femme que j’incarne vit dans un appartement cossu –vous verrez le décor de Catherine Bluwal est superbe !- avec sa fille adolescente. Si le soir de Noël elle invite brusquement le clochard qui a pris ses habitudes sur leur paillasson ce n’est pas par bonté d’âme mais uniquement pour provoquer sa fille (Fanny Guillot) à la suite d’une dispute. Seulement voilà, cet homme sale et pas rasé venu de nulle part, va lui faire prendre conscience de ses erreurs, de son orgueil démesuré. Et ce qui me fait rire, c’est qu’elle va encore ruer dans les brancards, et se fixer pour objectif de le remettre sur les rails mais quand il résiste, elle est désarçonnée. C’est un rôle très intéressant car il ne faut pas tomber dans le piège de la caricature d’un côté et de l’autre il laisse apparaître des moments d’émotion quand on s’y attend le moins. On a tous hâte de s’installer aux Variétés !

 

Christian Vadim est Michel le clochard

Pour la première fois depuis dix ans il met de côté « sa petite bande », Philippe Lellouche et ses pièces à succès. Ce n’est que provisoire précise t-il mais comment résister à la proposition que lui fait Corinne Touzet de partager cette belle affiche ? « Honnêtement au début j’ai eu peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas parvenir à faire oublier Christian Vadim derrière ce clochard, mais la direction très sûre de Christophe Lidon et les critiques à Avignon m’ont rassuré et j’aborde ce nouvel épisode avec quiétude, même si rien n’est jamais gagné d’avance. » Michel est un rôle magnifique, riche de sentiments contradictoires. Comment le saisir ? Que veut-il ? « Pour moi, c’est un type qui tombe immédiatement amoureux de Catherine, mais sait que c’est sans espoir. Un peu comme s’il voulait toucher Dieu. Il raconte sa vie par petites bribes, mais quand il sent qu’elle est à sa portée, qu’elle décide de prendre sa vie en main, il se rebelle. C’est ce que j’aime chez ce personnage. Je vois à travers cette pièce les films de Capra que j’adore, cet absolu positivisme, ce mélange de folie, de bonne humeur, de choses impossibles qui finissent par arriver. Cet optimisme qu’elle véhicule et dont on a tant besoin alors que le monde va si mal !